Faire participer les enfants aux tâches ménagères

Faire participer les enfants aux tâches ménagères…Vous ne vous sentez pas concernée, vous n’avez pas d’enfant. Dans ce cas pensez à vos copines qui en ont en leur partageant cet article. Sinon vous pouvez le lire quand même pour le jour où vous déciderez de fonder un foyer, ben oui, il vaut mieux prévenir que guérir ! 

faire-participer-les-enfants-aux-taches-menageres
Faire participer les enfants aux tâches ménagères

Le sujet vous fait bien rire, pour vous, enfants et tâches ménagères sont parfaitement antinomiques. Déjà que c’est la croix et la bannière pour leur faire ranger leur chambre, alors, les faire participer à la vie domestique, faudrait pas pousser mémé dans les orties !

Des enfants qui participent, vous en rêvez, mais ça fait déjà plusieurs années que vous répétez cent fois les mêmes choses jour après jour « il faut passer l’aspirateur, y’a la vaisselle à faire… » sans succès. Vous l’avez bien compris, si vous voulez que votre progéniture fasse sa part à la maison, il va falloir sortir les billets du porte-monnaie.

C’est pourquoi, j’ai décidé de vous partager aujourd’hui ma méthode infaillible qui marche dans tous les cas de figure pour faire participer les enfants aux tâches ménagères. Rhooo, vous n’y avez pas cru quand même ? Pas de méthode, ma bonne dame. Du coup, de quoi vais-je bien pouvoir vous parler pour faire avancer votre schmililliblick ? 

FAIRE PARTICIPER LES ENFANTS AUX TÂCHES MÉNAGÈRES, UN APPRENTISSAGE AU LONG COURS

Si vous vous êtes réveillée un matin devant vos marmots devenus ados et que vous leur avez demandés de débarrasser la table du p’tit déj’ et de faire la vaisselle, de ranger la salle de bain et de nettoyer les traînées de dentifrice sur le lavabo (et d’enlever les cheveux qui bouchent le siphon)…Vous avez dû être un tantinet énervée de constater qu’ils ne se mettaient pas à la tâche immédiatement et avec un grand sourire.

Heu, comment vous dire… Oui, en effet, on peut honnêtement croire qu’à 14 ans, notre cher enfant est suffisamment grand, fort et adroit pour s’activer et faire sa part de corvées ménagères. Sauf que ça ne marche pas, ben non ! Deux choses, soyez honnête, est-ce que le mot corvée ça vous donne envie à vous ? Naaan, on est d’accord ! Et ensuite, un ado ne se dit pas à l’aube de ses 14 ans que le moment est venu pour lui de s’investir dans la gestion du quotidien. C’est que voyez-vous, faire participer les enfants aux tâches ménagères, nécessite un loooong apprentissage qui commence à la naissance. Non j’rigole, ben pas tant que ça !

En fait, ça commence avant la naissance avec l’image que vous vous faites de votre vie de famille et de la place de chacun. C’est donc une discussion à avoir avec sa moitié. La bonne nouvelle c’est que si vous n’avez pas encore d’enfant, vous allez pouvoir bien vous préparer. Si vous êtes enceinte, chouette, vous avez bien fait de vous plonger dans la lecture de cet article. Et si vous avez des enfants en bas âge, tout est encore possible. Vous n’appartenez à aucune de ces catégories, je suis au regret de vous annoncer que c’est fichu pour vous ;-). Bon, lisez jusqu ‘au bout ça pourrait quand même vous aider.

apprendre-aux-enfants-a-participer-aux-taches-menageres
Participer aux tâches ménagères, un apprentissage qui commence dès le plus jeune âge

DES COMPÉTENCES UTILES POUR LA VIE

Participer aux tâches ménagères permet aux enfants de développer des compétences qui vont leur être indispensables tout au long de leur vie, tant dans la sphère pro que perso. Ces compétences seront utiles dans la relation avec les autres et pour l’estime de soi. Participer, c’est apprendre à réaliser des tâches, c’est être confronté à des difficultés et les surmonter. C’est être fier de ce qu’on a accompli et fier de participer au bien-être des autres. Du coup, vous voyez bien le lien avec l’estime de soi, c’est une des clés de l’épanouissement. En participant aux tâches ménagères dès son plus jeune âge, votre enfant va donc acquérir de nombreuses compétences, avoir le sens de l’organisation, être coopératif, être méticuleux, persévérant…Ces compétences vont lui permettre de devenir autonome et responsable. Ben dis comme ça, faire participer les enfants aux tâches ménagères devient une méthode d’éducation positive. A travers cet apprentissage, votre enfant va  aussi apprendre les règles de vie en communauté.

Pour autant  l’enfant ne peut pas tout faire.  Ces tâches doivent être progressives selon ses capacités, et ludiques car c’est ainsi que les enfants apprennent. Ne vous étonnez pas de ne pas être entendue si vous utilisez des injonctions du style « il faut/tu dois ranger ta chambre ». En effet qui a envie d’exécuter un ordre, pas moi. On est bien d’accord, un des objectifs est de leur apprendre la coopération pas la soumission. Allez donc voir du côté de la communication non violente pour vous donner des pistes. Jacques Salomé avec sa méthode E.S.P.E.R.E. est un expert en la matière. Et si ça s’avère trop compliqué pour vous (et votre conjoint), faites vous aider par une accompagnante en parentalité. Ça vous permettra d’avoir des relations harmonieuses avec votre enfant et vous fera gagner un temps considérable.

DES ÉTAPES A RESPECTER

Avant l’arrivée de bébé

Pour l’équilibre de votre couple, prenez le temps de discuter avec votre conjoint de la vision que vous avez de votre vie de famille et de l’organisation au quotidien. Il y a normalement déjà une répartition des tâches domestiques dans le couple (je vous le souhaite), mais l’arrivée d’un bébé qui demande beaucoup d’attention vient parfois (souvent) chambouler les habitudes. Il serait donc judicieux et salvateur de prendre le temps d’échanger avant l’arrivée de votre enfant. Tentez de déterminer qui fera quoi pendant les premiers mois et la première année de vie de celui-ci. Une fois qu’il sera arrivé dans votre vie, vous traverserez des périodes épuisantes, poser clairement vos intentions vous aidera à trouver un équilibre.

Nombreuses sont les mamans (les papas aussi, mais moins ;-)) à sous-estimer les capacités de leur bambin et de ce fait à faire les choses à leur place. Vous ne rendez pas service à votre enfant, non seulement en grandissant il aura pris l’habitude de ne pas participer mais surtout il aura intégré inconsciemment qu’il n’est pas capable de faire. Pas terrible pour la confiance en soi. Lire des livres sur les différentes étapes du développement de l’enfant vous apportera des connaissances qui vous permettront d’être plus solides dans votre vie de parent. Vous éviterez ainsi bien des écueils. Ben malheureusement (ou pas) la cigogne ne met jamais le mode d’emploi quand elle fait sa livraison.

Dès 2 ans

 

  • Thomas pourra ranger son manteau, son sac et ses chaussures en rentrant de la garderie ou de la crèche. A condition bien sûr que les meubles, patères etc… soient adaptés à sa taille. Une lapalissade mais bon je préfère quand même le préciser.
  • Vous apprendrez à Louise à ranger ses jouets si vous le faites avec elle après chaque partie de jeu. Elle intégrera alors que chaque objet sorti et utilisé est rangé après son utilisation. C’est ainsi qu’elle apprendra à être ordonnée.

Dès 3 ans

  • Noa pourra commencer à mettre la table et à la débarrasser, uniquement des pièces pas trop lourdes et qui ne coupent pas. Montrez-lui que vous lui faites confiance et acceptez que tout ne soit pas parfait, cela fait partie d’une éducation bienveillante.

Souvent, les parents préfèrent faire eux-mêmes car ça va plus vite et/ou ils ne tolèrent que la perfection. Vous aurez compris que cette attitude n’est pas adaptée.

  • Louna pourra mettre ses vêtements sales dans le panier à linge.
  • Elle pourra donner les vêtements quand on étend le linge (en plus ça évite de se baisser sans arrêt).
  • Si vous avez des animaux, Martin et Camille apprendront à les respecter et à les nourrir.

 

Pour le rangement, notamment dans la chambre, il est important que le mobilier soit à la portée de votre enfant et ne soit pas difficile à manipuler. Mettez-vous à son niveau et demandez-lui ce qui lui va bien. Trop de parents (je me compte dedans) aménagent la chambre de leur enfant pour se faire plaisir sans tenir compte de ses besoins et de son développement.

Au début, il faut bien montrer comment réaliser la tâche, et si celle-ci n’est pas réalisée dans un délai raisonnable, retenez-vous de finir à sa place. Oh oui, je sais, ça vous démange. Mais pas touche on a dit si vous voulez lui envoyer le bon message, c’est ainsi que commence la responsabilisation. Et puis l’apprentissage de certaines tâches, qui requièrent notamment un peu de dextérité peut demander quelques années. Il faut donc savoir être patient et persévérant.  D’où l’intérêt de commencer tôt !

Dès 5 ans la prunelle de vos yeux pourra,

  • Débarrasser le lave-vaisselle (sisi c’est possible)
  • Mettre complètement le couvert à table
  • Débarrasser complètement la table
  • Aider à détendre et plier le linge
  • Ranger ses sous-vêtements… en boule dans le tiroir
  • Aider en cuisine : aller chercher les ingrédients et les ustensiles (wouahh, quelle fierté !)
  • Participer aux petits travaux de jardinage (chouette, on prend l’air et on fait du sport en famille)

Toutes ces activités (oui activités, pas corvées, question de vocabulaire) permettent de passer un moment privilégié avec son enfant, à condition bien sûr que l’ambiance soit détendue et joyeuse. Pas de stress, patience et constance sont les mots clés à la réussite de cet apprentissage. Sinon faites du yoga, ça vous aidera à vous détendre.

Dès 7 ans, la chair de votre chair pourra,

  • Aider à étendre les vêtements
  • Ranger ses vêtements propres
  • Faire son lit le matin
  • Ranger sa chambre, faire les poussières et passer l’aspirateur (rhooo tout ça tout ça ?!)
  • Aider en cuisine : laver les fruits et légumes, les couper (mais vous n’y pensez pas c’est son doigt qu’il va couper !)
  • Nettoyer la table après le repas
  • Essuyer la vaisselle
  • Vider le lave-vaisselle
  • Aider à nettoyer la voiture
  • Aider à ranger les courses

Bon ben là, je sens que je vous ai perdue…Allez courage c’est bientôt fini.

Dès 10 – 12 ans, votre presque ado,

Aura développé toutes les aptitudes pour effectuer les tâches ménagères, mais souvent, l’intérêt n’y est plus. Ben oui, tout le monde le sait c’est le début de la loooongue période de chamboulement et de rébellion. Non mais zut et rezut, alors que vous étiez persuadée avoir fait du bon boulot jusque là, il va encore falloir ramer. Je compatis, je suis l’heureuse maman de 3 enfants… Donc, armez-vous de patience et encore de patience, de persévérance aussi et surtout, surtout de tolérance ! Oui, parce que ça n’est que le début, vous allez voir à partir de 14 ans ! Les parents qui en sont là me comprendront et pour les autres, je ne veux pas les effrayer.

Bon, je ne suis pas en train de vous dire qu’il faille accepter qu’il/elle passe toute la journée avachi.e sur le canapé (ou dans son lit). Nos ados seront priés de mettre la main à la pâte en tant que membre à part entière de la famille. Votre Maxime pourra donc,

  • Apprendre à remplir et préparer une machine à laver
  • Pendre le linge, le dépendre
  • Plier ses vêtements propres et les ranger
  • Faire le ménage complet de sa chambre
  • Il est capable de faire toutes les tâches de la maison avec peu ou sans supervision de l’adulte. (Intérieur et extérieur)
  • Sortir la poubelle
  • Faire un repas par semaine et le servir
  • Mettre la table et desservir
  • Remplir le lave-vaisselle et le vider
  • Faire la vaisselle et l’essuyer

Il ne vous aura pas échappé que j’ai choisi (délibérément) pour l’exemple un garçon… Question, fille/garçon, ça fait une différence pour vous, pour participer aux tâches ménagères s’entend ?

A ce stade de son développement certains parents seront tentés de ne rien imposer à leur ado, sous prétexte qu’ils veulent qu’il conserve son énergie pour ses études (ahahah et ahaha). Tout d’abord, sachez qu’il n’étudiera pas nécessairement plus (je peux me tromper, mais bon…) Bien que les apprentissages académiques soient importants, le seul fait d’avoir de bonnes notes et des diplômes n’apprend pas à une personne à être responsable de sa vie.

POUR CONCLURE

Vous l’aurez compris faire participer les enfants aux tâches ménagères relève d’un apprentissage et aussi d’un état d’esprit, c’est une transmission de compétences. Et si pour vous ranger, faire le ménage, gérer le linge est synonyme de corvées, comprenez-bien que vous ne diffusez pas le bon message. Il est donc temps d’aller voir du côté de votre fonctionnement. Les enfants sont des miroirs et ils ont beaucoup à nous apprendre sur nous-mêmes.

Ah j’allais oublier, utiliser un tableau de répartition des tâches ménagères avec une couleur pour chacun peut vous aider dans votre organisation familiale. Bravo et merci si vous m’avez lu jusqu ‘au bout, j’espère que vous y voyez un peu plus clair. Je rencontre de nombreuses familles que se soit dans mon activité professionnelle ou dans ma vie personnelle et le constat que je fais c’est que sérénité, harmonie et équilibre dans la maison sont étroitement liés à l’investissement de chacun dans l’organisation domestique.

Je suis curieuse de savoir quelles stratégies vous avez adoptées avec vos enfants, ce qui marche, ce qui ne marche pas. Venez me raconter, c’est en-dessous dans les commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.